Albert Thomas et la fondation du BIT

JPEG

Albert Thomas, né à Champigny-sur-Marne en 1878 et mort à Paris en 1932, fut le premier Directeur général du Bureau international du travail (BIT).

Traumatisés par l’expérience de la première guerre mondiale, les gouvernements signataires du traité de Versailles veulent rétablir les conditions d’une paix durable. Ils décident donc de créer l’Organisation internationale du travail (OIT), convaincus que la justice sociale est une condition indispensable d’une paix universelle et durable. Les premières conférences internationales de la fin du XIXème siècle annonçaient déjà l’importance croissante qu’occuperaient les questions sociales au siècle suivant.

La première session de la Conférence internationale du Travail, réunie à Washington en octobre 1919, adopta les six premières conventions internationales du travail, qui portent respectivement sur la durée du travail dans l’industrie, le chômage, la protection de la maternité, le travail de nuit des femmes, l’âge minimum et le travail de nuit des jeunes dans l’industrie.

Albert Thomas, homme politique français, ministre de l’armement pendant la guerre, qui ne participe pas à la conférence de Washington, devient néanmoins le premier directeur général du BIT, secrétariat permanent de l’OIT, en 1920. Il le restera pendant 12 ans, marquant très fortement l’organisation de son empreinte. Au cours de son mandat, l’Organisation connut en effet une forte impulsion, adoptant 16 conventions et 18 recommandations internationales du travail en moins de deux ans. Les années suivantes, aux cours desquelles se succèdent des crises économiques graves et un chômage de masse, seront quant à elle consacrées à la consolidation de ces premiers acquis.

C’est sous l’impulsion d’Albert Thomas que le secrétariat de l’OIT s’installe à Genève, dès 1920. Elle investit en 1926 un nouveau bâtiment construit pour l’organisation, le Centre William-Rappard (qui héberge aujourd’hui l’Organisation mondiale du Commerce, l’OMC). Le BIT siège toujours aujourd’hui à Genève, dans un nouveau bâtiment construit en 1975 dans le quartier du Grand-Saconnex.

***

Sources : site internet du BIT et diverses

publié le 31/10/2016

haut de la page