CDH33 - Débat général - Point 10 de l’ordre du jour.

Retrouvez l’intervention de la France prononcée le 28 septembre 2016 lors du Débat général - Point 10 de l’ordre du jour.

33ème session du Conseil des droits de l’homme
Débat général - Point 10 de l’ordre du jour
(mercredi 28 septembre 2016)


Monsieur le Président,

La France s’associe à la déclaration de l’Union européenne.

La situation des droits de l’Homme est très préoccupante en Libye et en Irak. La lutte contre l’impunité doit rester dans ces deux pays une priorité pour contribuer à la réconciliation nationale, mettre un terme aux violences et rendre justice aux victimes.

En Libye, la France renouvelle sa confiance au GEN et soutient son action pour établir la paix et instaurer un Etat de droit. La France l’encourage à continuer de coopérer pleinement avec les mécanismes du Conseil des droits de l’Homme ainsi qu’avec la Cour pénale internationale.

La France est préoccupée par la détérioration croissante de la situation des droits de l’Homme au Yémen, alors que les combats entre la coalition et les forces houthies se poursuivent sur le terrain. Nous appelons toutes les parties à respecter les droits de l’Homme et le droit international humanitaire, et à permettre un accès humanitaire inconditionnel et immédiat à la population civile, qui continue de souffrir de graves pénuries. Nous soutenons l’action du Haut-commissariat aux droits de l’Homme dans ce pays et demandons aux autorités yéménites de faciliter son travail en toute indépendance.

La France continue de suivre attentivement la situation des droits de l’Homme en République démocratique du Congo, en République centrafricaine et en Somalie - je me suis exprimée à ce sujet en détail lors des dialogues interactifs dédiés [hier et ce matin].

Nous sommes également très attentifs à l’évolution de la situation au Mali. La France rappelle que la protection des droits de l’Homme et la lutte contre l’impunité sont essentielles pour contribuer à une réconciliation durable dans le pays.

La France encourage toutes les parties à mettre rapidement en œuvre les mesures relatives à la réconciliation et à la justice prévues par l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

Il est en outre essentiel que tous les responsables de violations des droits de l’Homme, quels qu’ils soient, en répondent devant la justice. Nous notons les avancées des procédures de la Cour pénale internationale sur la situation au Mali depuis janvier 2012 et encourageons le Mali à poursuivre sa coopération avec la CPI.

La France reste également attentive à la question de la lutte contre l’impunité en Guinée, et invite les autorités à poursuivre activement leurs efforts en ce sens, notamment pour les graves violations commises en septembre 2009.

La France reste préoccupée par la situation en Ukraine, où les violations des droits de l’Homme se poursuivent. La mise en œuvre des accords de Minsk est la seule voie possible pour une résolution pacifique du conflit.

La France suit également la situation des droits de l’Homme au Cambodge sur laquelle elle s’est exprimée lors du dialogue interactif avec la Rapporteur spéciale.

Je vous remercie./.

publié le 28/09/2016

haut de la page