CDH33 : Débat général - Point 2

Retrouvez l’intervention de la France prononcée le 14 septembre 2016 lors du débat général sur le Point 2.

33ème session du Conseil des droits de l’homme
Point 2
Débat Général
(mardi 14 septembre 2016)


Monsieur le Haut-Commissaire,

La France s’associe à la déclaration de l’Union européenne.

Votre voix forte et indépendante est essentielle pour dénoncer sans concession les violations des droits de l’Homme partout où elles sont commises et pour appeler à la poursuite des responsables. La France appelle tous les Etats à coopérer pleinement avec votre Bureau et avec les mécanismes de ce Conseil, notamment en permettant l’accès à leur territoire.
La dernière session de ce 10ème anniversaire doit nous inciter à demeurer ambitieux pour une protection toujours plus grande des droits de l’Homme car ceux-ci sont plus menacés que jamais.

-  En Syrie, où les droits de l’Homme et le droit international humanitaire continuent d’être quotidiennement bafoués, en toute impunité. Une catastrophe humanitaire de grande échelle est en cours. Ce carnage, où un régime utilise les armes chimiques et l’arme de la faim doit cesser et les responsables devront tôt ou tard répondre de leurs actes devant la justice.
-  En Ukraine, où les violations des droits de l’Homme se poursuivent. La mise en œuvre des accords de Minsk est la seule voie possible pour une résolution pacifique du conflit.
-  En Afrique, où la situation en République démocratique du Congo, au Burundi et au Soudan du Sud reste très préoccupante et où le dialogue politique inclusif doit constituer la seule voie. Nous saluons le travail réalisé par votre bureau à Bujumbura, et appelons les autorités à continuer à coopérer avec ce bureau.

Toutes ces crises génèrent des violations massives des droits de l’Homme, tels que de nombreux cas de disparitions forcées et de détentions arbitraires, comme on a pu l’observer en Syrie mais aussi dans d’autres pays.

Il est important dans ce contexte, que les titulaires de procédures spéciales dont le travail est essentiel, puissent être en capacité de poursuivre leur action. C’est pour cette raison que la France présentera à cette session une résolution visant à renouveler le mandat du groupe de travail sur les détentions arbitraires.
Les crises provoquent également des déplacements forcés qui nourrissent le phénomène des migrations. Cela constitue un véritable défi pour l’Europe. La France assumera sa part des responsabilités qui seront partagées, notamment avec ses partenaires européens, afin de trouver des solutions et de garantir un traitement digne de chaque situation, quel que soit le statut des individus concernés, réfugiés comme migrants.

Monsieur le Haut-Commissaire, le rôle du Conseil des droits de l’Homme et de votre Bureau est aussi d’accompagner les pays sur la voie de la sortie de crise et de la réconciliation, comme la RCA, le Sri Lanka ou encore le Mali. L’Assistance que vous leur apportez est essentielle pour pérenniser les progrès accomplis.
Les atteintes aux droits de l’Homme ne se limitent pas aux situations de conflits. De plus en plus d’Etats tendent à restreindre les libertés publiques ou individuelles au nom de la sécurité, de la stabilité ou de particularismes culturels.

Face à ce réel danger de recul, vous pouvez compter sur la France, qui est candidate à un nouveau mandat au sein de ce Conseil pour la période 2018-2020, pour continuer à défendre l’universalité des droits de l’Homme qui doit être notre unique boussole.

Je vous remercie./.

publié le 14/09/2016

haut de la page