Enjeux de la 34ème session du Conseil des droits de l’Homme

La 34ème session du Conseil des droits de l’Homme (CDH) se déroulera du 27 février au 24 mars à Genève.

1. Intervention de M. Harlem Désir au Segment de haut niveau du Conseil des droits de l’Homme

Le Secrétaire général des Nations Unies S.E. M. António Guterres, le Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme S.E. M. Zeid Ra’ad Al Hussein, et le Président de l’Assemblée générale des Nations unies S.E. M. Peter Thomson, ont ouvert le segment de haut-niveau.

S.E. M. Zeid Ra'ad Al-Hussein, Haut-Commissaire des Nations unies pour les droits de l'Homme
S.E. M. Zeid Ra’ad Al-Hussein, Haut-Commissaire des Nations unies pour les droits de l’Homme
UN Photo / Elma Okic
S.E. M. Peter Thomson, Président de l'Assemblée générale des nations unies
S.E. M. Peter Thomson, Président de l’Assemblée générale des nations unies
UN Photo / Elma Okic
S.E. M. António Guterres, Secrétaire général des nations unies
S.E. M. António Guterres, Secrétaire général des nations unies
UN Photo / Jean-Marc Ferré

Le Secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes auprès du ministre des Affaires étrangères et du Développement international, M. Harlem Désir, est intervenu au segment de haut-niveau du Conseil des Droits de l’Homme le 1er mars, ainsi qu’en ouverture du panel de haut-niveau sur la peine de mort le 1er mars.

Il rappellera à cette occasion les engagements de la France en faveur de l’universalité des droits de l’Homme et son action déterminée, au sein de ce Conseil, pour protéger les droits fondamentaux de tous les individus.

C’est pour défendre cette ambition que la France est candidate à un nouveau mandat au CDH pour la période 2018-2020.

2. Plusieurs débats thématiques rythmeront les travaux de la 34ème session du CDH :

  • Le panel de haut niveau sur la peine de mort, le 1er mars ;
  • L’intervention du Rapporteur spécial sur les défenseurs des droits de l’Homme, le 2 mars ;
  • L’intervention du Rapporteur spécial sur la torture, le 2 mars ;
  • Le débat annuel sur les droits des personnes handicapées ;
  • Le 3 mars La journée consacrée aux Droits de l’enfant le 6 mars.
  • Le dialogue renforcé sur les droits des migrants, le 10 mars.

PNG

3. Le Conseil des Droits de l’Homme reste mobilisé pour la prévention des violations et pour l’accompagnement des Etats en sortie de crise à travers le monde. Plusieurs débats importants se tiendront à partir de la 3ème semaine de cette session :

  • La réunion-débat de haut niveau sur la situation des droits de l’Homme en Syrie, le 14 mars ;
  • Le dialogue interactif avec les experts indépendants sur la situation des droits de l’Homme à Haïti, au Mali, en République centrafricaine ;
  • Le dialogue interactif avec la commission d’enquête internationale sur la situation des droits de l’Homme au Burundi qui fera sa première présentation devant le Conseil après sa nomination ;
  • Les dialogues interactifs sur les situations en République Démocratique du Congo et en Guinée ;
  • La présentation du rapport de la commission sur les droits de l’Homme au Soudan du Sud

4. La défense des droits de l’Homme est un principe d’action de la diplomatie française

La France continue de défendre l’universalité des droits de l’Homme, et d’accorder la plus grande priorité :

  • à la lutte contre l’impunité car sans justice, il ne peut pas y avoir de paix durable, à la lutte contre la peine de mort qui n’est pas la justice, mais l’échec de la justice et une atteinte au droit à la vie ;
  • à la lutte contre toutes les formes de racisme, de discrimination et d’intolérance, qu’elles soient fondées sur l’appartenance ethnique ou religieuse ou l’orientation sexuelle ;
  • à la promotion des droits des femmes, sur lesquels pèse une tendance à la régression. La recherche d’une égalité réelle entres les femmes et les hommes dans tous les domaines doit mobiliser plus que jamais ;
  • à la protection des journalistes et des défenseurs des droits de l’Homme dont le travail est essentiel pour préserver l’espace de la société civile et contribuer à la pleine jouissance des droits de l’Homme ;
  • à la lutte contre la torture et autres formes de traitements inhumains ou dégradants ;
  • à la promotion de l’action de la société civile, au travail et à la libre expression des journalistes et des défenseurs des droits de l’Homme, sans qui il ne pourrait y avoir de pleine jouissance de tous les droits de l’Homme.

PNG

Au-delà de ces thématiques, la diplomatie française s’attache à combattre par son action les violations des droits de l’Homme partout où elles sont commises.

Fidèle à son engagement en faveur de l’universalité des droits de l’Homme, et suite à sa participation financière au fonds d´affectation pour soutenir la participation des Pays les moins avancés et des petits Etats insulaires en développement aux travaux du Conseil des droits de l’Homme en 2016, la France co-organise avec le Royaume du Maroc, à l’occasion des 5 ans du fonds, un événement parallèle le 9 mars à 12h00 sur le thème : « Participation universelle au Conseil des droits de l’Homme : impact des actions engagées depuis cinq ans avec l’appui du Fonds à l’attention des PMA et des PEID et pistes pour les renforcer ».

publié le 03/03/2017

haut de la page