Impact du changement climatique sur les droits de l’Homme

La prise en compte des droits de l’Homme constitue un facteur important de la mobilisation internationale pour lutter contre le dérèglement climatique.

Les Missions permanentes de la France, du Royaume du Maroc, de Fidji, et du Costa Rica auprès des Nations unies et autres organisations internationales à Genève ont organisé le lundi 6 mars un événement en marge de la 34ème session du Conseil des droits de l’Homme intitulé :« De Paris à Marrakech, aborder le changement climatique est également une question de droits de l’Homme, à travers l’engagement de Genève ».

JPEG

"L’urgence climatique demeure et touche d’ores et déjà les + vulnérables en affectant leurs droits fondamentaux." a déclaré Mme Elisabeth Laurin, Ambassadeur, Représentant permanent de la France auprès des Nations unies à Genève et autres organisations internationales en Suisse, en ouverture de l’événement.

JPEG

Les dérèglements climatiques ont un impact sur la jouissance effective des droits de l’Homme.

  • La recrudescence de catastrophes naturelles tend à exacerber les inégalités juridiques, économiques, et sociales existantes, notamment à l’égard des femmes.
  • La réalisation des droits à la vie, à l’eau potable, à l’alimentation, à la santé ou à un logement convenable sera affectée par les dérèglements climatiques, de façon directe ou indirecte.

Les populations en situation de pauvreté, les plus vulnérables supportent l’essentiel des conséquences du réchauffement climatique.

L’événement a permis de rappeler la mobilisation de la Genève internationale pour permettre une meilleure prise en compte des droits de l’Homme, et ainsi améliorer significativement les effets des politiques sur le climat et avoir des résultats bénéfiques tant sur la planète que pour les populations.

La France a souscrit le 13 février 2015, avec 17 autres pays, à une déclaration intitulée « L’engagement de Genève pour les droits de l’Homme dans le cadre de l’action climatique ». Cette déclaration souligne la nécessité de mieux promouvoir et respecter les droits de l’Homme dans les actions de lutte contre les dérèglements climatiques.

"La France s’est mobilisée pour accompagner l’espoir né lors de la COP 21 : la signature de l’Accord en avril 2016 de 176 Parties à la Convention - 190 aujourd’hui – et l’entrée en vigueur de l’Accord, juste avant le début de la COP 22 à Marrakech, sont la preuve que les pays poursuivent leur lutte contre le changement climatique" a également rappelé l’Ambassadeur Laurin.

publié le 10/03/2017

haut de la page