Le rôle de la jeunesse dans la prise de décision publique

Panel "Le rôle des jeunes dans l'élaboration de l'agenda des Nations Unies et des organisations régionales"
Panel "Le rôle des jeunes dans l’élaboration de l’agenda des Nations Unies et des organisations régionales"
Panel "Le rôle des jeunes dans l'élaboration de l'agenda des Nations Unies et des organisations régionales"
Panel "Le rôle des jeunes dans l’élaboration de l’agenda des Nations Unies et des organisations régionales"

La première session du forum sur les droits de l’Homme, la démocratie et l’Etat de droit s’est déroulé au Palais des Nations du 21 au 22 novembre 2016, sur le thème de l’« Elargissement de l’espace démocratique : le rôle de la jeunesse dans la prise de décision publique ».

Ce forum a été établi à la suite de l’adoption de la résolution 28/14 le 26 mars 2015. Il a pour but de permettre la promotion du dialogue et de la coopération, d’identifier les meilleures pratiques, ainsi que les défis et les opportunités pour les Etats d’assurer le respect des droits de l’Homme, de la démocratie, et de l’Etat de droit.

Cette session était co-présidée par l’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Jeunesse Mr. Ahmad Alhendawi et Son Excellence Mr. Daniiar Mukashev, Représentant permanent de la République du Kirghizistan auprès de l’Office des Nations Unies à Genève.

Cette première session était l’occasion pour les intervenants de proposer des solutions au rejet par les jeunes des formes traditionnelles de participation à la vie politique. Le besoin de lever les barrières financières, sociales et culturelles qui empêchent la meilleure représentativité des jeunes dans les institutions publiques a été unanimement partagé, ainsi que la nécessité d’améliorer les programmes d’éducation à la citoyenneté pour éveiller leur conscience politique. Les jeunes doivent également être davantage associés à l’élaboration de l’agenda des Nations Unies et des organisations régionales.

L’anthropologue franco-américain Scott ATRAN, du CNRS, faisait partie des intervenants. Il a insisté sur le rôle que l’Organisation des Nations Unies, comme organisation « transfrontière » pouvait jouer face à l’engagement des jeunes dans des organisations violentes comme Daesh, jeunes qui sont avant tout, selon ses thèses, en recherche d’un modèle alternatif.

La Mission permanente de la France est particulièrement engagée pour l’amélioration de la situation des jeunes à Genève. Ainsi, par l’intermédiaire de son Représentant Permanent Adjoint, la Mission permanente maintient un contact régulier avec les associations de stagiaires basées à Genève et avec les représentants de l’Office des Nations Unies à Genève afin d’évaluer des solutions locales pour l’amélioration de la condition des stagiaires au sein du système des Nations Unies à Genève.

publié le 25/11/2016

haut de la page