Lutte contre les disparitions forcées

Les Nations Unies commémorent le 17 février 2017 le 10ème anniversaire de la Convention pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées.

« La lutte contre les disparitions forcées, c’est d’abord un combat juridique contre le temps qui passe » et « pour le droit de savoir la vérité ». Louis Joinet, ancien membre éminent de la sous-commission des droits de l’homme de l’ONU Louis Joinet

Chaque année des dizaines de milliers de personnes disparaissent dans le monde, victimes de purge d’Etat et de régimes totalitaires. Pour les familles, l’incertitude quant au sort de leurs proches constituent une souffrance intolérable.

A l’occasion du 10ème anniversaire de la convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, se tiendra un événement de haut niveau à au siège des Nations unies à New York organisé par le Président de l’Assemblée générale, coparrainée par la France et l’Argentine.

La France sera représentée par Matthias Fekl, Secrétaire d’Etat chargé du commerce extérieur, de la promotion du tourisme et des Français de l’étranger.

La Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées

La Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées a défini pour la première fois ce crime, longtemps resté sans nom. Elle a également consacré le droit des victimes et de leurs proches à connaitre la vérité et à recevoir une réparation.

La Convention a été adoptée par consensus à l’Assemblée générale des Nations Unies le 20 décembre 2006, puis ouverte à la signature à Paris le 6 février 2007. En 2008, la France a été le premier pays européen à la ratifier. La Convention est rentrée en vigueur le 23 décembre 2010. A ce jour, 96 pays l’ont signée et 56 l’ont ratifiée.

Le Comité sur les disparitions forcées

Le Comité sur les disparitions forcées a indéniablement contribué aux succès enregistrés depuis l’entrée en vigueur de la Convention, en faisant connaître les outils de prévention et de protection qu’elle contient.

Le travail de ce Comité est indispensable, afin que la lutte contre les disparitions forcées continue d’être prioritaire, et que la mise en œuvre de la convention soit effective.

JPEG

La France et la lutte contre les disparitions forcées

La France est mobilisée depuis de nombreuses années dans la lutte contre les disparitions forcées :

1ère Conférence des Etats Parties à la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contres les disparitions forcées - PNG

Aujourd’hui, la France reste mobilisée et continue d’œuvrer pour l’universalisation de la Convention pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées.

publié le 17/02/2017

haut de la page