Mali : un chemin important parcouru depuis la crise

34ème session du Conseil des droits de l’homme

Dialogue interactif avec l’experte indépendante sur la situation des droits de l’Homme au Mali

Intervention de la France - Mardi 21 mars 2017

La version prononcée fait foi.

Monsieur le Président,

La France s’associe à la déclaration de l’Union européenne.

La France remercie l’expert indépendant pour la présentation de son rapport et salue la bonne coopération des autorités maliennes avec l’expert.

Un chemin important a été parcouru depuis la crise de 2011/2012. Le déroulement en novembre 2016 des élections communales a marqué une nouvelle étape vers le retour à l’ordre constitutionnel.

Mais la tâche à accomplir pour la mise en œuvre effective de l’Accord pour la paix et la réconciliation reste importante. La prise en compte des droits de l’Homme dans la mise en œuvre de l’Accord, en particulier pour lutter contre l’impunité, est indispensable pour permettre une stabilisation durable du pays.

Monsieur l’expert indépendant,

La France partage votre préoccupation sur la fragilité de la situation sécuritaire au Mali. Les populations civiles, dans le nord du pays mais aussi désormais dans le centre, continuent d’être victimes d’attaques terroristes.

La France encourage les parties signataires à intensifier leurs efforts pour l’installation d’autorités intérimaires dans toutes les régions du nord du Mali et pour permettre de rouvrir les écoles, de rétablir les services de santé, l’administration et les forces de sécurité.

De tels progrès, ainsi que le respect des droits de l’Homme dans la lutte contre le terrorisme, sont essentiels pour garantir le soutien de la population et favoriser la réconciliation.

La France salue l’engagement des autorités maliennes en faveur du respect des droits de l’Homme, et salue en particulier l’opérationnalisation de la Commission vérité, justice et réconciliation et la nomination des chefs d’antennes régionales. Elle salue également la promulgation de la loi portant création de la Commission nationale des droits de l’Homme au Mali. La France invite les autorités maliennes à garantir pleinement les moyens d’action et l’indépendance de ces Commissions afin qu’elles parviennent à des résultats tangibles.

Dans ce contexte, l’expert indépendant sur la situation des droits de l’Homme au Mali joue un rôle essentiel de suivi, en complément de l’action de la Division droits de l’Homme de la MINUSMA. C’est pourquoi la France soutient le renouvellement pour un an de son mandat.

Je vous remercie./.

publié le 21/03/2017

haut de la page