Continuer à défendre l’universalité des droits de l’Homme

PNG

Dialogue avec le Haut-Commissaire aux droits de l’Homme sous le point 2 de l’ordre du jour

Intervention du Représentant Permanent de la France

Genève, 9 mars 2017

La version prononcée fait foi.

Monsieur le Haut-Commissaire, la France s’associe à la déclaration de l’Union européenne.

Dans un monde incertain, où les pressions sur la protection des droits de l’Homme s’accentuent, votre voix forte et indépendante est essentielle pour relever les progrès comme pour dénoncer les violations de ces droits partout dans le monde.

Comme vous l’avez souligné, l’universalité des droits de l’Homme demeure menacée.

Dans les situations de conflits, des violations des droits de l’Homme continuent d’être commises à grande échelle, et les civils sont toujours les premières victimes. Les responsables de ces crimes, quels qu’ils soient, devront en répondre devant la justice.

Les violations et atteintes aux droits de l’Homme ne se limitent toutefois pas aux situations de conflits. Les crises politiques s’accompagnent ainsi trop souvent d’une dégradation de la situation des droits de l’Homme, comme on le constate pour les journalistes, les défenseurs des droits ou encore dans le domaine de la liberté d’association.

Tout aussi préoccupant, de plus en plus d’Etats tendent à restreindre les libertés fondamentales, au nom de la sécurité, de la stabilité et de particularismes culturels.

Face à ce réel danger de recul, nous sommes à vos côtés pour continuer à défendre l’universalité des droits de l’Homme, à lutter contre l’impunité et à nous battre pour la protection de tous les défenseurs des droits. Nous sommes aussi avec vous pour aider les pays qui sont aujourd’hui sur la voie de la sortie de la crise ou qui ont besoin de votre assistance pour consolider les progrès qu’ils ont accomplis. Nous nous efforçons, nous aussi, de prendre en compte les recommandations que nous avons acceptées lors de notre EPU en vue de notre prochain examen.

C’est pourquoi, fidèle à ses engagements, la France est candidate à un nouveau mandat au Conseil pour la période 2018-2020.

Je vous remercie./.

publié le 10/03/2017

haut de la page