Situation des droits de l’Homme en Syrie

Le Conseil des droits de l’Homme a organisé un panel de haut-niveau sur la situation des droits de l’Homme en Syrie, selon les termes de la résolution 33/23 adoptée le 30 septembre 2016.

Ce panel était organisé en consultation avec la commission d’enquête internationale indépendante sur la Syrie. Il a couvert des thèmes variés, tel que les disparitions forcées et les détentions arbitraires, et la nécessité de faire répondre de leurs actes les responsables de violations et d’atteintes qui y sont liées.

Cet événement a mis en avant les témoignages de membres de la société civile syrienne.

M. Zeid Ra’ad Al Hussein, Haut-commissaire des Nations unies pour les droits de l’Homme, M. Paulo Pinheiro, Président de la commission d’enquête internationale indépendante sur la Syrie, et M. Kevin Kennedy, Coordinateur régional humanitaire des Nations unies pour la crise syrienne, ont délivré des remarques introductives.

La commission d’enquête internationale indépendante sur la Syrie a publié un rapport qui documente les graves violations des droits de l’Homme et du droit international humanitaire à Alep entre juillet et décembre 2016, notamment par le régime et ses soutiens.

La France condamne toutes les violations, dont certaines peuvent être constitutives de crimes de guerre.

Depuis l’origine du conflit, la France appelle les parties, en premier lieu le régime syrien, à assumer leur responsabilité de protection des populations civiles en Syrie. Elle rappelle que c’est à son initiative que, dans un contexte d’extrême urgence humanitaire, le conseil de sécurité des Nations unies a adopté, le 19 décembre 2016, la résolution 2328 pour répondre, notamment, aux besoins de la population d’Alep.

La France soutient activement les travaux de la commission d’enquête internationale, qui sont essentiels pour préparer le travail de la justice. Son mandat doit être renouvelé dans le cadre du conseil des droits de l’Homme en mars 2017.

En effet, les responsables de ces atrocités devront rendre des comptes devant la justice. La France demeure mobilisée pour lutter contre l’impunité pour tous les crimes commis en Syrie.

publié le 14/03/2017

haut de la page